Quelle obligation pour vendre une maison ?

Quelle obligation pour vendre une maison

La vente d’un bien immobilier est soumise à un ensemble d’obligations légales qui doivent être respectées par les deux parties à savoir le vendeur et l’acheteur ou le nouvel acquéreur. La nécessité pour chaque partie de respecter ses obligations permettra alors d’éviter d’éventuels litiges. Les détails dans cet article.

Le contrat de vente : un document important pour la conclusion de la vente

Avant d’entrer dans le vif du sujet, vous devez savoir que les obligations que se doivent de respecter chacune des parties à une vente découlent du contrat de vente. C’est pourquoi il est important de donner d’abord le rôle du contrat de vente. Le contrat de vente est un document à travers lequel, une personne, le vendeur, accepte de céder la propriété d’un bien à une autre, l’acheteur, moyennant un prix.

A voir aussi : Quel est le statut le plus avantageux ?

Par ailleurs, le contrat de vente n’est pas seulement un contrat qui constate le transfert de propriété, c’est aussi ce document dans lequel sont renseignées les règles selon lesquelles ce transfert doit être effectué, au risque d’entacher la vente d’irrégularités. En outre, c’est également la signature de ce contrat qui va effectivement marquer la conclusion de la vente ou le transfert effectif de la propriété du bien.

Les obligations du vendeur

Dans l’optique d’éviter les litiges dans l’avenir, le vendeur d’un bien immobilier doit se soumettre à plusieurs obligations à l’endroit de l’acheteur. Celles-ci sont édictées par le législateur, il s’agit notamment de l’obligation d’information, de délivrance et de garantie. Pour la première, l’acheteur doit obligatoirement avoir toutes les informations concernant le bien mis en vente.

A voir aussi : Comment louer un appartement quand on est au chômage ?

obligation pour vendre une maison

Il ne doit découvrir aucune information désagréable sur ce bien lors de son usage. Cela dit, le vendeur est donc tenu de fournir toutes les informations nécessaires, de sorte que le jugement de l’acheteur soit fait en connaissance de cause. Les détails qui ne sont pas visibles à l’œil nu doivent alors être privilégiés ici. Pour ce qui est de l’obligation de délivrance, il découle de la signature du contrat de vente.

En effet, dès l’instant que ce contrat est signé, le vendeur a l’obligation de céder le bien immobilier au nouvel acquéreur. Quant à l’obligation de garantie dont on fait souvent référence dans la vente d’une maison, appartement etc., elle renvoie à l’obligation pour le vendeur de permettre la jouissance paisible du bien vendu. On parle souvent alors ici de garantie contre l’éviction, contre les vices cachés (défaut qui rend l’immobilier impropre à l’usage).

Les obligations de l’acheteur ou acquéreur

Tout comme le vendeur, l’acheteur est tenu de se soumettre à certaines obligations. Évidemment, les obligations de ce dernier sont différentes de ceux du vendeur. Dans un contrat de vente, l’acquéreur est principalement soumis aux obligations financières. Pour avoir le bien qu’il souhaite, l’acheteur doit payer le montant correspondant au prix de la vente qui aura été défini dans le contrat de vente.

La date de payement du prix du bien immobilier est fixée conjointement par les deux parties dans l’avant-contrat connu sous l’appellation de compromis de vente. Si cela n’est pas fait ainsi, le paiement du prix de vente doit s’effectuer au moment de la délivrance du bien immobilier. D’un autre côté, l’acheteur doit assumer d’autres frais ainsi que certains accessoires à la vente. Il peut être dispensé de cela si le contrat l’a encadré autrement.

Si l’acheteur ne remplit pas ses obligations, le vendeur a à sa disposition deux recours. Soit il engage une exécution forcée de la vente, ici, il devra utiliser tous les moyens légaux qu’il juge utile. Il peut également procéder à l’annulation de la vente. Ici, il devra une action en résolution de la vente.

ARTICLES LIÉS