Où Fait-il bon vivre en bord de mer ?

Avez-vous décidé de quitter Paris pour vivre au bord de la mer ? C’est un bon début, mais il faut encore choisir entre les baies de la Méditerranée et les longues plages de sable de la côte atlantique : êtes-vous plutôt… surfer sur les rives du Basque ou des Landes ? Un char à voile sur les plages de Norman ? plongée en Méditerranée ?..

Parmi les anciens Parisiens rencontrés les années précédentes, plusieurs sont restés vivre au bord de la mer. Nous avons repris nos dossiers pour vous donner un résumé de leurs expériences etle meilleur conseil.

A voir aussi : Comment calculer cm ?

Choisissez la côte atlantique…

En Normandie, du côté de Deauville

*****0

Nous avons rencontré Valérie, une Bretagne d’origine, qui est allée travailler en Normandie pour y installer son entreprise de décoration de mariage. Il s’installe à Villers-sur-Mer, une petite ville voisine de Deauville. Son choix était motivé par le désir de rester près de Paris, de trouver la vie au bord de la mer qu’il avait connue enfant, plus calme et plus nature .

A lire aussi : Qu'est-ce qu'un motif légitime ?

Dans son évaluation, Valérie nous dit quel’offre culturelle locale ne vaut pas Paris, mais qu’ils trouvent leur compte à proximité de Caen et Deauville, villes dynamiques et intéressantes à cet égard.

Nous travaillons chez nous et avons choisi une grande maison. La nôtre a une vue sur la mer, au prix d’un 45m2 à Paris : financièrement c’est plus intéressant, tant pour nous que pour nos entreprises.

Saint-Malo, Bretagne Nord

*****1

Melissa est née en 93 et voulait quitter Paris après quelques années de vie professionnelle. Il connaissait le NordBrittany en vacances et était littéralement tombée sous le charme. Il n’aurait jamais pensé à y trouver un emploi, jusqu’au jour où une chance de quitter Saint-Malo est apparue. Il s’est précipité pour la chercher. La transition n’était pas un petit test, mais elle s’est avérée être faite.

Si Melissa et sa femme sont parties avec une certaine inquiétude au sujet de leur établissement, elles finissent par bien rejoindre leur nouvelle région.

Nous sommes arrivés ici, nous nous avons très bien accueillis dans le monde entier. Une période d’observation a été organisée cette année. Nous avons été très détendus, je trouve que les genssont plus naturels ici, plus spontanés. C’est une zone de caractère, mais derrière le personnage se trouve également une grande prime. Il est plus facile de tisser des liens, de créer à partir du réseau.

Lorient, Bretagne Sud

****2

Marjolaine a quitté Paris pour vivre en Bretagne, dans le quartier de son mari, avec leurs enfants. Leur sélection était basée sur Lorient, dans le sud de la Bretagne.

Le bilan : un rythme de vie très fort, un environnement différent, un environnement de vie si agréable et bénéfiqueenvironnement pour les enfants beaucoup moins malades en hiver que dans la région parisienne.

La Bretagne est un favori. J’adore la lumière, la mer, la campagne. Nous avons de la famille et des amis là-bas, qui ont beaucoup joué. Nous avons choisi Lorian parce que c’est ma belle-famille implantation et où mon mari a grandi.

Pour Royan

*****3 Festival de navigation de plaisance à RoyancCredit : Melanie Chaigno

Sébastien était venu travailler à Paris et a choisi de retourner vivre au bord de l’Atlantique. Après qu’il soit passéBordeaux, une opportunité d’affaires l’amène à Royan. Aujourd’hui, il travaille à 200 mètres de la plage où il déjeune à chaque repas !

Son conseil : pensez aux villes de taille moyenne !

Ce qui m’a manqué lorsque je suis parti de Paris, c’est une ouverture pour des villes autres que les métropoles. On croit souvent, chez un couple, que le tissu est plus dense pour que tout le monde puisse trouver du travail, mais ce n’est pas nécessairement le cas. Si cela s’était encore produit, nous serions allés directement dans l’Atlantique Royan, où nous avons tous les deux un bon travail qui soit logique pour nous.

Après avoir vécu à Paris, Albertine est arrivée à Royan après avoir passé la Savoie. Elle ne changerait pas son environnement de vie pour rien au monde !

ALBERTINE : À Royan, il y a des bars à vin où vous pourrez déguster des collations très agréables et tout autour, pleines de bons restaurants… et il y a l’embarras du choix en termes de cadre : forêt, front de mer, marais, village, etc…

La région est riche en patrimoine culturel et la côte et les îles offrent une variété de paysages. Personnellement, je suis fan de Mornac sur Seudre et de l’île d’Oléron… Il y en a également de nombreuxactivités de plein air : sports nautiques, cyclisme, équitation, randonnée pédestre, etc… Et plein de plaisir pendant la saison estivale.

… ou le soleil méditerranéen ?

Montpellier, au « centre du Sud »

*****4

Arrivée dans une ville qu’elle ne connaissait pas après plusieurs années passées à Paris, Anne-Sophie a saisi une opportunité d’affaires pour partir vivre à Montpellier.

ANNE-SOFIE : Montpellier est une ville assez grande, proche de la mer, avec une histoire réelle. Il y a beaucoup d’étudiants, de bars et de quartiers animésWeek-ends, y compris.

Ce que j’aime, c’est qu’il se trouve un peu « au milieu du sud », nous ne sommes pas très loin de la frontière espagnole, mais vous pouvez également aller rapidement à Marseille ou à la Côte d’Azur. Le climat est doux et le seul inconvénient est les épisodes de cévenole en octobre/novembre, où l’on peut être inondé.

Marseille, les implications du

Sud *****5

Isabelle n’aurait jamais imaginé qu’elle arriverait un jour à Marseille après 17 ans passés à Paris ! Une opportunité d’affaires lui est allée etsa famille dans le sud. D’un déménagement temporaire qui devait durer 3 ans, ce projet s’est transformé en une installation définitive parce qu’il avait un véritable favori pour cette ville. Cependant, ils ont eu une légère inquiétude, compte tenu de l’image parfois appréciée par Marseille. Mais ils ont été complètement intégrés.

Nous avons rapidement décidé de nous installer ici « pour longtemps ». Pour moi, le soleil presque tous les jours était une révélation. Je ne m’en lasse pas quand j’ouvre les volets le matin:). Il y a deux ans, nous avons acheté un vieux chalet.maison dans le 4ème appartement (les prix n’ont rien à voir avec Paris, bien sûr) et la réintroduire au fil du temps.

Nous aimons également la nature sauvage de La Belle de Mai, pour ses expositions, la librairie de café, son cinéma sur le toit en été et ses événements réguliers (en janvier, le lancement de la biennale des arts du cirque était top !) , le panier qui me fait penser à l’Italie et aux baies pour les promenades au printemps et en automne de préférence.

Le week-end, il y a aussi beaucoup à faire etdécouvrir dans les environs. La Provence et la Côte d’Azur regorgent de villes et de villages à visiter, nous sommes loin d’être venus ! La mer n’est qu’à deux pas, la montagne n’est pas loin… Nous avons l’embarras du choix !

Nice, entre la mer et les montagnes

*****6

Une ville entre la mer et les montagnes est forcément Nice ! Vincent est retourné dans sa ville natale avec sa compagne après six ans passés à Paris. L’une préférait les activités de montagne et de plein air, l’autrela mer et le soleil, ils ont donc fait le choix de Nice.

VINCENT : Nous retrouvons Nice dès notre « retour » sur la côte, c’est une très belle ville.

J’adore son port et ses couleurs à tomber, la colline du château, sa cascade, son parc (qui est notre petit parc Buttes Chaumont) et la vue panoramique sur la ville.

En montant le port, la Place du Pine offre de bons restaurants et bars, puis placez les tranches Garibaldi dans le ciel bleu de Nice, avec des façades jaune vif, des volets verts et un trompe-l’oeilleurs cadres, et ouvre le passage vers le flux vert qui court sur la place Masséna.

Retrouvez tous les portraits des anciens Parisiens ici.

Voulez-vous accélérer votre travail ?

Expliquez-nous quel est votre désir de mobilité, déposez votre CV et nous vous contacterons dès que nous aurons des opportunités qui vous conviennent !

J’en profite !

ARTICLES LIÉS