Pourquoi les plaques belges commençant par 1 ?

leafless trees near river during daytime

Immatriculer un véhicule est indispensable pour son identification. En Belgique, la plaque est faite d’une combinaison de chiffres et lettres commençant par le chiffre 1. Chaque élément dispose d’une signification particulière et beaucoup se demandent pourquoi cet ensemble débute toujours par le même chiffre ? Si vous en faites partie, alors découvrez les raisons dans la suite de cet article.

Signification du chiffre 1 sur les plaques belges

L’immatriculation belge comporte soit 6 caractères (ancien système ABC-123) soit 7 sous forme 1-ABC-123 (nouveau système). En Belgique, le chiffre « 1 » représente le symbole national et a donc été utilisé pour identifier un véhicule immatriculé dans le pays. En dehors de la Belgique, plusieurs autres pays se servent de ces systèmes pour indiquer l’origine d’un véhicule. C’est le cas de l’Allemagne qui utilise « D » et des États-Unis qui mettent « USA ».

A lire aussi : Pourquoi passer par un promoteur immobilier pour investir dans le neuf ?

Le chiffre « 1 » de la plaque belge sert donc essentiellement à indiquer de l’origine du véhicule. En effet, la présence de ce chiffre sur les plaques permet de distinguer les véhicules qui ont été précisément immatriculés en Belgique. Toutefois, depuis janvier 2021, des plaques commençant par le chiffre « 2 » ont remplacé celles portant le chiffre « 1 ». La première de ces plaques à avoir été mise en circulation est la 2-AAA-001.

Histoire de l’immatriculation des véhicules en Belgique

C’est vers 1899 que les premières plaques belges ont été produites. Depuis cette époque, ces plaques ont enchainé changements et évolutions en continu. Une multitude de plaques d’immatriculation se sont succédées avec diverses présentations. Elles différaient les unes des autres principalement au niveau des couleurs, formes et inscriptions. Aujourd’hui, c’est le seul pays dans lequel les plaques d’immatriculation arborent une inscription rouge foncé sur fond blanc.

A lire également : Les avantages de l'investissement dans l'immobilier commercial pour diversifier votre portefeuille

Concernant les plaques d’immatriculation commençant par « 1 », elles ont vu le jour durant l’année 2010. En 10 ans, près de 18 millions de combinaisons seront faites à base de ce chiffre et 11 millions d’entre elles seront utilisées. La toute première plaque de la série « 1 » produite fut la plaque 1-AAA-001 et la dernière du lot est la 1-XYZ-999. Les séries 1-Z quant à elles ont été laissé afin d’écarter tout risque de confusion. Ceci car elles ont pris la place des anciennes plaques à 6 caractères (3 lettres et 3 chiffres).

Les avantages et inconvénients des plaques commençant par 1

Nous pouvons relever deux principales caractéristiques liées à ces plaques.

Aider à l’identification des véhicules étrangers

Le premier apport indéniable de ces immatriculations est assurément d’aider les autorités à identifier les véhicules immatriculés à l’étranger. Ainsi, si un véhicule venu d’Allemagne se retrouve en Belgique, les autorités belges s’en rendront aisément compte en regardant sa plaque d’immatriculation. De même, les autorités peuvent vérifier si le véhicule est légalement enregistré et si le conducteur a l’autorisation de circuler en Belgique.

Permettre la vérification des véhicules volés

Les plaques d’immatriculation débutant par « 1 » permettent également aux autorités belges de savoir quand un véhicule a été volé. Les voleurs de voitures sont souvent contraints d’aller revendre leurs véhicules volés à l’étranger pour s’échapper plus facilement. En un coup d’œil sur la plaque d’immatriculation, les autorités belges peuvent savoir si le véhicule est volé ou pas.

ARTICLES LIÉS