Quel est le taux de l’assurance emprunteur ?

*****0

Le coût de l’assurance prêt doit maintenant être pris en compte lors du calcul du taux d’endettement des ménages ; son inclusion dans la détermination de l’ « effort réel » a été confirmée par le Conseil de stabilité financière élevée (HCSF). Clarification à la suite des mesures visant à améliorer les conditions d’accès aux crédits annoncées fin 2020, y compris un ratio d’endettement possible de 35 %. Explications.

Lire également : Où trouver relève d'information assurance ?

L’assurance débiteur, ce fardeau supplémentaire sur la capacité d’endettement

votre Avec un crédit immobilier pouvant atteindre 27 ans et un taux d’effort de 35 %, il s’agit des deux annonces fortes proposées par l’ECSF fin 2020. Après une année marquée par la crise sanitaire Covid-19 et certaines tensions sur le marché du crédit immobilier, cet assouplissement des conditions d’accès a semblé être une bonne nouvelle. Mesures recommandées par la profession, acceptées par le GCR, qui était en train de révoquer son rôle central et de redéfinir les banques.

Première photo, l’agence veut que leDe toute évidence, lorsqu’un consultant financier évalue la capacité d’endettement d’un acheteur, il doit systématiquement intégrer le coût de l’assurance prêt. Une pratique qui n’a pas encore été systématique. Mais dans un contexte de taux de crédit immobilier relativement bas, le fardeau de l’assurance emprunteur représente une part croissante des coûts (à l’exclusion de l’emprunteur).

A lire également : Quelle assurance souscrire ?

Puisque l’assurance prêt représenteparfois jusqu’à 30 % du coût total du financement immobilier, il est logique de le compter sur le pourcentage d’effort.

des conditions d’accès aux crédits de plus en plus compliquées en 2021 ?

L’inclusion de l’assurance prêt dans le calcul du taux d’endettement est une recommandation émise par le CECA. Une recommandation simple, mais dont la mise en œuvre sera suivie avec précision. « Le Conseil suprême sera particulièrement attentif à la mise en œuvre de cette recommandation et au développement de pratiques.confiation. Ce suivi sera effectué en collaboration avec l’Autorité de surveillance et de résolution (ACPR) », a déclaré l’agence dans un communiqué de presse fin janvier.

De plus, cet avertissement n’est qu’une première étape avant que les recommandations ne deviennent des obligations légales. Pour le moment, aucune législation de ce type n’a été adoptée. Cependant, un processus législatif semble être en train de formuler des recommandations sur la dette, et l’échéance maximale devient en réalité contraignante ; et nécessairement contrôlée par leDepuis l’été 2021 , l’ECSF et les autorités immobilières souhaitent superviser les pratiques des banques. Un développement qui va à l’encontre de l’incitation renouvelée pour les institutions financières à maintenir leur libre arbitre et à maintenir le cours de leur politique de risque de crédit immobilier.

Tous ces éléments peuvent contribuer à rendre l’accès au crédit de plus en plus compliqué pour de nombreux ménages. C’est vrai, c’est toujoursil est possible d’utiliser un certain pourcentage de demandes dérogeant aux règles établies. L’augmentation des frais de dossier facturés par les banques et les coûts d’assurance ont déjà conduit de nombreux cas à avoir un taux de décroissance supérieur au taux de décroissance…

Négocier votre assurance emprunteur, l’obligation de limiter sa dette

Et si la principale conséquence de cette incorporation de l’assurance emprunteur dans le calcul du taux d’effort étaitdéveloppement de la délégation ; Les ménages qui souhaitent optimiser leur enveloppe disponible pour acheter des biens immobiliers en limitant les paiements mensuels devraient se tourner vers le puissant levier d’assurance emprunteur.

Profitant de divers développements juridiques depuis 2010 qui développent la concurrence, l’assurance emprunteur est désormais plus libéralisée que jamais.

  • La loi Lagarde vous permet d’utiliser l’agence d’assurance lors de l’achat de votre crédit immobilier.
  • La loi Hamon autorise larésiliation du contrat d’assurance prêt dans les 12 mois suivant la signature de l’offre de crédit.
  • L’amendement Bourquin permet l’annulation de l’assurance chaque année à l’occasion de l’anniversaire du contrat.

Les emprunteurs doivent profiter des libertés accordées pour traiter les contrats et choisir celui qui dispose du meilleur ratio protection/coût (à condition qu’ils respectent l’équivalence des garanties requises par l’établissement de prêt émetteur du contrat).

Le marché de l’assurancel’emprunteur est principalement destiné aux banques. Dans les contrats de groupe, la marge bancaire est souvent importante. En passant à l’assurance externe à celle de la banque au moment de la signature de l’offre de prêt ou pendant la durée du contrat, un emprunteur peut facilement agir sur ses 10, 20, 30, 60 points de base gagnés ? Tout dépend du profil et des conditions initiales.

Avec le soutien de votre intermédiaire bancaire, vous pouvez comparer vos offres et obtenir unproposition qui s’adapte mieux… et financièrement ! La négociation de votre assurance emprunteur est plus que jamais pertinente pour réduire votre taux d’endettement et optimiser votre marché immobilier.

Lisez aussi : ⇒ Assurance changement d’emprunteur : mode d’emploi

Fond photo —fr.freepik.com

ARTICLES LIÉS