Comment savoir si je peux acheter une maison ?

Qui peut acheter des biens immobiliers en Suisse ?

Les Suisses peuvent, bien sûr, acheter une propriété en Suisse sans restriction. Les citoyens de l’Union européenne et de l’AELE vivant en Suisse (tels que les permis B ou C) ont également le droit d’acheter un appartement ou une maison en Suisse , qu’il s’agisse d’une résidence principale ou secondaire.

Les travailleurs frontaliers qui souhaitent acheter une résidence secondaire en Suisse doivent demander un permis cantonal spécial.

A découvrir également : Comment se faire rembourser par ma mutuelle ?

Compte tenu de lacoût relativement élevé de l’immobilier en Suisse, le financement sous la forme d’un prêt hypothécaire (prêt immobilier ) est nécessaire pour la plupart des ménages. Ces prêts sont, en termes de revenus, accessibles aux étrangers.

Le système de financement immobilier en Suisse

Le prix de l’immobilier est, dans de nombreux cantons, très élevé, ce qui rend la possession d’un logement en Suisse très difficile pour de nombreux ménages. Par exemple, en moyenne dans toute la Suisse, le prix d’un appartementest 6 fois le revenu annuel moyen d’un ménage en Suisse et d’une maison 8 fois. En fin de compte, seuls 34 % des ménages détiennent leur résidence en Suisse (contre plus de 50 % en France par exemple). La fiscalité, plus favorable aux locataires que aux propriétaires, n’aide pas.

Lire également : Quelle GLI ?

En fait, les systèmes de financement, appelés prêts hypothécaires en Suisse , ont dû être adaptés. Il est donc assez courant de choisir un prêt hypothécaire qui offre une très faible amortissement du capital emprunté.

Les institutions bancaires suisses (UBS, Crédit Suisse, banques cantonales…) proposent presque toutes les hypothèques pour financer l’achat de leur propriété. Il est également possible de passer par un courtier, qui s’occupera de différentes banques et vous permettra de trouver les meilleurs taux et conditions de prêt pour financer votre projet immobilier en Suisse.

Conditions d’octroi d’un prêt hypothécaire à la Suisse (conditions de base)

La banque suisse analysera vos biens immobiliersson plan, son prix, son emplacement, vos ressources… et jugera, sur la base de toutes les preuves que vous lui donnez, le risque dont elle a besoin pour vous prêter de l’argent. Cela conduira à une proposition de taux d’intérêt sur votre hypothèque, ce qui vous intéressera encore plus car le risque est considéré comme faible par la banque. Dans cette étude minutieuse, deux critères importants pour l’allocation du prêt sont pris en compte : le montant des capitaux propres et le taux d’endettement.

  • Capital social  : dans la plupart des cascas, banques et institutions financières vous demanderont une injection de capital social correspondant à 20 % du prix de la propriété, qui peut faire partie de votre deuxième pilier.
  • Taux d’intérêt de la dette : Le taux d’endettement représente le ratio entre le paiement mensuel de votre prêt et votre revenu. Ce ratio doit être inférieur ou égal à 33 % pour que la banque accepte de vous prêter l’argent, entre autres conditions.

Les règles de financement imposées parLes banques suisses ont été modifiées en 2012 et durcies : le capital doit maintenant être constitué d’un deuxième pilier d’un maximum de 10 % et 30 % du bien doit être amorti sur une période allant jusqu’à 30 ans.

Informations importantes sur la capitale  : certains clients (expatriés et non expatriés) ont une contribution personnelle qui n’est pas nécessaire en francs suisses. Dans ce cas, nous vous invitons vivement à passer par un service spécialisé en devises étrangères en Suisse qui vous permettra de réaliserd’importantes économies de change. Compte tenu des marges boursières importantes imposées par certaines banques pour de grandes quantités de transactions de change en franc suisse, il peut être intéressant de considérer des acteurs moins chers, car l’épargne peut couvrir plusieurs milliers de francs ou d’euros.

Frais notariaux en Suisse et divers frais

Les futurs propriétaires devraient également prendre en compte plusieurs coûts supplémentaires dans leur développement économique. Dépensesceux qui représentent entre 3 % et 5 % du coût total en fonction du type de propriété et du canton, ne sont pas inclus dans le plan de financement et nécessitent une contribution financière supplémentaire. Par exemple, pour un immobilier de 1 million de francs suisses, ces coûts s’élèvent toujours entre 30 000. CHF et CHF 50’000.-

Frais notariaux

Le passage par le notaire est obligatoire pour que la vente de la propriété soit effective. Selon les cas, les frais deles notaires varient entre 0,1 % et 0,5 % du prix de vente de la propriété. Les frais notariaux sont généralement équitablement partagés entre les acheteurs et les vendeurs.

Il existe trois types de notaires :

  • ceux qui exercent des droits gratuits (notariés gratuits) : par exemple les cantons de Genève, de Vaud, du Valais, de Berne
  • ceux qui exercent des honoraires d’État (État notaire) : par exemple, les cantons de Zurich ou d’Argovie
  • ceux qui exercent des honoraires mixtes (notariés mixtes) : par exemple les cantons de Lucerne, Glarus,Bâle-Campagne

Pour les frais gratuits et mixtes, il est important de concurrencer pour trouver les tarifs les plus bas.

Droits de transfert

Certains cantons imposent une taxe de transfert lorsqu’un objet immobilier passe d’un propriétaire à un autre. Les initiatives populaires dans divers cantons visent à éliminer ces coûts, dont la quantité varie. Le droit de transfert est calculé soit sur la base du prix de vente total du bien, soit sur une partie de celui-ci.

PourPar exemple, les droits de transfert dans le canton de Fribourg s’élèvent à 1,5 % du prix de la propriété. Ces frais sont généralement payés par les acheteurs et les vendeurs à 50/50.

Taxe de location

Sans entrer dans les détails, les propriétaires d’un appartement ou d’une maison en Suisse doivent payer une taxe que beaucoup d’étrangers ont du mal à comprendre : le prix de la location. En termes simples, les propriétaires en Suisse devront payer une taxe sur leur appartement ou leur maison correspondant à l’équivalent de celui-ci.qui gagnerait en louant l’objet.

Ce calcul se fait en fonction de la part du propriétaire en réalité : cela signifie que plus vous choisissez une amortissement important pour votre hypothèque, plus le montant de la taxe sur la valeur locative augmente.

Bénéficiez des meilleures conditions avec nos services gratuits

Qu’il s’agisse d’acheter des biens immobiliers en Suisse ou de renouveler des hypothèques, nous vous suggérons de passer par les services d’un courtier choisi par Travier-en-Suisse.ch pour son sérieux,sa capacité de conseil et son degré d’expertise.

Pour ce faire, il suffit de remplir le formulaire de demande de prêt hypothécaire et notre partenaire vous appellera dès que possible.

Si vous souhaitez acheter une propriété en dehors de la Suisse (par exemple en France), consultez notre page de prêts à l’étranger.

ARTICLES LIÉS