Comment jauger la rentabilité d’une SCPI de rendement ?

Investir dans un bien immobilier par le biais d’une SCPI (Société civile de placement immobilier) s’avère particulièrement intéressant. Il s’agit d’un investissement accessible, sans contrainte, mais surtout rentable. Ces atouts justifient notamment le développement fulgurant de ce type de placement. Toutefois, bien qu’il s’agisse d’un investissement aux nombreux avantages, vous ne devez surtout pas y aller les yeux fermés. En effet, avant d’investir, vous devez connaître la rentabilité de la SCPI. Pour cela, vous devez tenir compte de plusieurs facteurs.

Évaluer le rendement d’une SCPI avec le TDVM   

En général, le TDVM (Taux de distribution sur valeur de marché) est la principale source d’information concernant le rendement d’une SCPI. Il permet notamment de prendre connaissance du rapport entre le coût de la part de cette dernière et les revenus locatifs distribués aux investisseurs. En principe, le TDVM s’avère l’indicateur le plus efficace pour faire une comparaison entre les SCPI. Par ailleurs, il sera également utile de tenir compte du TRI (Taux de rentabilité interne). Il s’agit d’un indicateur qui permet d’évaluer la rentabilité globale de la SCPI sur le long terme, puisqu’il fournit une information plus complète. En ce sens, si vous tenez à un placement performant, investissez avec Louve.

A lire également : 5 erreurs à éviter dans l’investissement immobilier locatif

Prendre connaissance de la capitalisation de la SCPI

Dans l’ensemble, le niveau de capitalisation d’une SCPI est également un indicateur important de performance. Pour obtenir cette information, vous devez multiplier le prix de souscription par le nombre de parts émise par la SCPI. De ce fait, le niveau de capitalisation permet de connaître la taille et les actifs de la structure d’investissement immobilière. En général, plus le capital est élevé, plus la SCPI dispose d’un nombre important de biens immobiliers, ce qui assure une meilleure stabilité. À noter qu’il est possible de vérifier le nombre de biens détenu par la société civile et leur répartition géographique.

A voir aussi : Avantages et inconvénients des investissements forestiers

Analyser la qualité des actifs avec le TOF

Dans le cadre d’une acquisition de parts dans une SCPI, le TOF (Taux d’occupation financier) constitue un facteur essentiel pour assurer la rentabilité de votre placement. En principe, il permet de connaître le taux d’occupation des biens immobiliers détenus par la structure. Pour ce faire, le TOF fait un rapport entre le montant des loyers perçus et le revenu dans le cadre d’une occupation à 100 %. Pour assurer la rentabilité de votre investissement, privilégiez les SCPI affichant un TOF supérieur à 90 %.

Tenir compte de la PGR Provisions pour Grosses Réparations

Pour assurer la pérennité d’un placement immobilier locatif, il est nécessaire que le bâtiment soit bien entretenu. Dans cette optique, la SCPI doit disposer d’une trésorerie suffisante. Pour vérifier cette information, vous devez analyser la PGR (Provisions pour grosses réparations). Vous aurez ainsi l’assurance que la structure a la possibilité de répondre aux nouvelles normes environnementales et d’effectuer tous les entretiens nécessaires.

Assurer la capacité de gestion de la SCPI

Dans le cadre d’une SCPI, le RAN (Report à nouveau) constitue une somme qui représente les revenus non distribués. Il s’agit notamment d’une réserve de trésorerie essentielle au bon fonctionnement de la société. Lors d’une vacance locative, elle permet de lisser le rendement et de conserver les revenus à un niveau satisfaisant.

ARTICLES LIÉS