Comment jauger la rentabilité d’une SCPI de rendement ?

Investir dans un bien immobilier par le biais d’une SCPI (Société civile de placement immobilier) s’avère particulièrement intéressant. Il s’agit d’un investissement accessible, sans contrainte, mais surtout rentable. Ces atouts justifient notamment le développement fulgurant de ce type de placement. Toutefois, bien qu’il s’agisse d’un investissement aux nombreux avantages, vous ne devez surtout pas y aller les yeux fermés. En effet, avant d’investir, vous devez connaître la rentabilité de la SCPI. Pour cela, vous devez tenir compte de plusieurs facteurs.

Évaluer le rendement d’une SCPI avec le TDVM   

En général, le TDVM (Taux de distribution sur valeur de marché) est la principale source d’information concernant le rendement d’une SCPI. Il permet notamment de prendre connaissance du rapport entre le coût de la part de cette dernière et les revenus locatifs distribués aux investisseurs. En principe, le TDVM s’avère l’indicateur le plus efficace pour faire une comparaison entre les SCPI. Par ailleurs, il sera également utile de tenir compte du TRI (Taux de rentabilité interne). Il s’agit d’un indicateur qui permet d’évaluer la rentabilité globale de la SCPI sur le long terme, puisqu’il fournit une information plus complète. En ce sens, si vous tenez à un placement performant, investissez avec Louve.

A lire également : Les avantages d'investir dans l'immobilier neuf à Nantes

Prendre connaissance de la capitalisation de la SCPI

Dans l’ensemble, le niveau de capitalisation d’une SCPI est également un indicateur important de performance. Pour obtenir cette information, vous devez multiplier le prix de souscription par le nombre de parts émise par la SCPI. De ce fait, le niveau de capitalisation permet de connaître la taille et les actifs de la structure d’investissement immobilière. En général, plus le capital est élevé, plus la SCPI dispose d’un nombre important de biens immobiliers, ce qui assure une meilleure stabilité. À noter qu’il est possible de vérifier le nombre de biens détenu par la société civile et leur répartition géographique.

A découvrir également : 3 choses à savoir sur la rentabilité locative

Analyser la qualité des actifs avec le TOF

Dans le cadre d’une acquisition de parts dans une SCPI, le TOF (Taux d’occupation financier) constitue un facteur essentiel pour assurer la rentabilité de votre placement. En principe, il permet de connaître le taux d’occupation des biens immobiliers détenus par la structure. Pour ce faire, le TOF fait un rapport entre le montant des loyers perçus et le revenu dans le cadre d’une occupation à 100 %. Pour assurer la rentabilité de votre investissement, privilégiez les SCPI affichant un TOF supérieur à 90 %.

Tenir compte de la PGR Provisions pour Grosses Réparations

Pour assurer la pérennité d’un placement immobilier locatif, il est nécessaire que le bâtiment soit bien entretenu. Dans cette optique, la SCPI doit disposer d’une trésorerie suffisante. Pour vérifier cette information, vous devez analyser la PGR (Provisions pour grosses réparations). Vous aurez ainsi l’assurance que la structure a la possibilité de répondre aux nouvelles normes environnementales et d’effectuer tous les entretiens nécessaires.

Assurer la capacité de gestion de la SCPI

Dans le cadre d’une SCPI, le RAN (Report à nouveau) constitue une somme qui représente les revenus non distribués. Il s’agit notamment d’une réserve de trésorerie essentielle au bon fonctionnement de la société. Lors d’une vacance locative, elle permet de lisser le rendement et de conserver les revenus à un niveau satisfaisant.

Vérifier la diversification géographique et sectorielle de la SCPI

La diversification géographique et sectorielle est aussi un critère important à prendre en compte pour jauger la rentabilité d’une SCPI de rendement. Effectivement, une SCPI qui ne détient des actifs immobiliers que dans un seul secteur ou une seule région peut être plus vulnérable aux fluctuations économiques locales et aux risques locatifs.

Vous devez vérifier que la SCPI possède une diversification suffisante tant au niveau géographique qu’au niveau sectoriel. Les expertises réalisées régulièrement par les sociétés de gestion sur le marché immobilier sont à ce titre très importantes : elles permettent d’identifier les zones à fort potentiel et les secteurs porteurs, ainsi que ceux qui présentent des risques potentiels.

Vous devez examiner la performance passée de la société afin de connaître sa capacité à gérer efficacement ses actifs immobiliers tout en assurant un revenu stable et croissant pour ses investisseurs. Tous ces éléments doivent être pris en compte avant toute décision d’investissement dans une SCPI afin d’optimiser son rendement tout en minimisant les risques associés.

Examiner la politique de distribution de dividendes de la SCPI

Un autre élément clé à évaluer pour mesurer la rentabilité d’une SCPI de rendement est sa politique de distribution des dividendes. Cette politique peut varier selon les sociétés de gestion, et vous devez vérifier la distribution proposée par la société, qui détermine le montant du dividende versé aux investisseurs en fonction du résultat net effectif généré chaque année. Vous devez aussi vous renseigner sur les dividendes : quelle fréquence sont-ils distribués ? Sont-ils réglés en numéraire ou bien sous forme de parts supplémentaires ? La qualité du rendement offert doit être examinée avec attention. Un fort taux de distribution ne signifie pas nécessairement une forte rentabilité si celui-ci n’est pas durable dans le temps. Une bonne stratégie est aussi celle qui permettra à la SCPI un développement pérenne sur le long terme tout en redistribuant régulièrement une partie importante des bénéfices réalisés aux investisseurs. Vous devez donc porter une attention particulière à ces éléments en tant que porteurs.

ARTICLES LIÉS