Investir dans les SCPI via un contrat d’assurance vie : bonne ou mauvaise idée ? 

Ces dernières années, les rémunérations proposées par les assurances vie sont en chute libre. L’une des solutions pour booster le rendement d’un contrat d’assurance est d’investir dans des sociétés civiles de placement immobilier (SCPI). Ce choix est-il pour autant judicieux ? On vous aide à y voir plus clair. 

Qu’est-ce qu’une SCPI ?


De façon concrète, les Sociétés Civiles de Placement Immobilier sont expertes dans l’investissement immobilier indirect. Une SCPI prend la forme d’une société non cotée en bourse et collecte de l’argent de « petits investisseurs » pour acquérir et gérer un patrimoine immobilier (immeubles, maisons) destiné à la location. Chaque investisseur détient des parts qui lui génèrent des dividendes.

A lire également : Pourquoi passer par un promoteur immobilier pour investir dans le neuf ?

Il est possible d’investir dans ses sociétés en utilisant un contrat d’assurance. Pour utiliser votre assurance vie avec des SCPI, vous devrez avoir au préalable un contrat qui vous donne cette possibilité. La banque vous propose un choix de SCPI partenaires avec lesquels vous pourrez collaborer. L’avantage est que vous n’aurez pas besoin d’un gros capital de départ. Une part dans une SCPI vaut en moyenne entre 150 € et 1 000 €.

Un potentiel de rendement intéressant


Les Sociétés Civiles de Placement Immobilier s’avèrent être un choix fort payant en matière de rémunération. En effet, la moyenne de rendement tourne autour de 4 %. Certaines sociétés proposent d’ailleurs des taux plus élevés. Aussi, en souscrivant à une SCPI via votre assurance vie, vous profiterez à la fois du rendement proposé par la société et de la fiscalité souple garantie par l’assurance.

A découvrir également : Investissement immobilier : pourquoi et comment ?

Les revenus engendrés ne seront pas imposés comme revenus de capitaux mobiliers. De plus, par l’assurance vie, il est possible d’investir dans l’immobilier sans passer devant le notaire. Par ailleurs, les problèmes de loyers impayés et la gestion des locataires sont traités par les SCPI. En investissant en pierre papier, vous diversifiez votre patrimoine tout en lissant les risques qui ont trait à l’investissement. Il est également possible de revendre vos parts dans la SCPI à tout moment. Il est néanmoins recommandé de les détenir sur une durée minimale de huit années.

Les SCPI via une assurance vie : le revers de la médaille 


Si tout porte à croire qu’investir dans les sociétés civiles de placement immobilier est le meilleur choix, il se révèle souvent désavantageux pour les épargnants. Premier inconvénient : l’offre de SCPI est limitée. En effet, certaines SCPI enregistrent des taux avoisinant les 6 %. En passant par votre contrat d’assurance vie, vous ne pourrez pas profiter des meilleures offres sur le marché.

Aussi, choisir une société civile de placement immobilier par l’intermédiaire d’une banque profite plus à votre assureur qu’à vous au final. Rien ne vous garantit que vous profiterez sans problème des revalorisations des prix de parts par le gestionnaire de la SCPI au terme de votre investissement. D’ailleurs, 15 % de la totalité des loyers que vous devrez percevoir seront versés à votre assureur. Notez également qu’une flopée de frais supplémentaires viendront grignoter votre épargne.

ARTICLES LIÉS