Tout savoir sur le métier de diagnostiqueur immobilier

Parmi tous les métiers touchant le secteur de l’immobilier, le métier de diagnostiqueur immobilier fait partie des moins connus. Pourtant, c’est un métier passionnant, en perpétuelle évolution et, surtout, qui est plutôt bien payé. Mais en quoi consiste exactement le métier de diagnostiqueur immobilier et que faut-il faire pour le devenir ? C’est ce que nous allons voir tout de suite !

En quoi consiste le métier de diagnostiqueur immobilier

Un diagnostiqueur immobilier ne prend à aucun moment part à la construction d’un immeuble. Par contre, il s’occupe des contrôles de chaque aspect d’une construction et celui d’un immeuble déjà conçu.

A voir aussi : Quand reçoit-on l'argent d'une vente immobilière ?

Parmi le travail du diagnostiqueur immobilier, il y a l’analyse technique qui occupe une part principale de son activité. La personne occupant ce poste aura tout d’abord pour rôle de recenser et d’analyser les documents techniques du bâtiment avant le début de la construction. En fonction de son constat qu’il fait, il peut ensuite autoriser la construction ou demander des modifications.

Le diagnostiqueur immobilier devra en effet identifier les éventuels risques techniques liés au bâtiment, que ce soit avant les débuts de la construction ou sur un immeuble déjà construit. Il devra également analyser le côté environnemental et sanitaire du bâtiment afin de prévenir les risques.

A lire en complément : Quelques astuces pour trouver un bien immobilier neuf

Le diagnostiqueur immobilier est aussi chargé de s’assurer de la viabilité dans le bâtiment. Pour cela, il va devoir prélever des échantillons d’eau de la tuyauterie et analyser la qualité de l’air à l’intérieur du bâtiment. Si l’air est trop humide ou trop sec, il dispensera des conseils pour améliorer la viabilité. Il en fera autant par rapport à la qualité de l’eau.

Au début de la construction, le diagnostiqueur immobilier devra également procéder à un diagnostic complet des produits et matériaux de construction à utiliser. Si les produits ne sont pas conformes aux différentes normes en vigueur, il devra annuler la construction ou, en tout cas, la repousser jusqu’à l’arrivée de nouveaux produits conformes.

Un diagnostiqueur immobilier peut aussi faire une analyse de présence d’éventuels produits potentiellement dans la maison. Il peut intervenir pour détecter des fuites de gaz par exemple, la présence de plomb dans l’eau ou encore la présence de parasites. À la fin d’un diagnostic, le professionnel peut délivrer une attestation de contrôle.

Quelle formation pour devenir un diagnostiqueur immobilier ?

Pour pouvoir occuper ce poste bien payé, mais d’une grande responsabilité, il faudra suivre une formation diagnostiqueur immobilier. Les formations pour ce métier sont accessibles à tous du moment que l’aspirant diagnostiqueur fait preuve d’impartialité.

Une formation en diagnostiqueur immobilier ne dure pas beaucoup de temps. Au cours de celle-ci, l’élève est formé aux « diagnostics des performances énergétiques, du gaz, du plomb, de l’électricité, de l’amiante, des termites, de l’assainissement ou encore au respect de la superficie, avec l’apprentissage des lois Carrez-Boutin ». Il est également possible de choisir indépendamment les modules qui vous conviennent afin de réduire la durée de formation ainsi que les frais. À noter toutefois que les certificats sont indépendants pour chacun de ces modules. Et un diagnostiqueur immobilier ne peut intervenir que sur un module dans lequel il est certifié.

Les compétences requises pour exercer le métier de diagnostiqueur immobilier

Au-delà de la formation, il faut être diagnostiqueur immobilier. Parmi les principales compétences, on peut citer :

Le diagnostiqueur immobilier doit disposer d’une très bonne connaissance des normes liées aux différents diagnostics qu’il aura à réaliser au cours de sa mission. Il doit être capable de s’adapter rapidement aux évolutions législatives et réglementaires.

Un bon diagnostiqueur immobilier doit faire preuve d’un esprit critique développé afin d’évaluer objectivement la situation en présence. Il ne devra pas se contenter seulement du constat visuel mais aussi aller dans les détails afin de fournir une analyse complète et précise.

L’utilisation des outils informatiques est indispensable pour un diagnostiqueur immobilier qui souhaite optimiser ses performances et gagner en efficacité dans ses tâches quotidiennes. La maîtrise des logiciels adaptés permettra aussi une meilleure gestion administrative ainsi que l’amélioration du suivi clientèle.

Il va sans dire que le contact avec les clients fait partie intégrante du travail du diagnostiqueur immobilier. Ce dernier étant souvent amené à rencontrer différentes personnes avec différents profils (propriétaires, locataires, agents immobiliers…), il faut avoir d’excellentes capacités communicationnelles.

Pour être un bon diagnostiqueur immobilier, il est nécessaire d’avoir une combinaison de compétences techniques et personnelles. Les diagnostiqueurs immobiliers qui souhaitent se démarquer sur le marché du travail devront donc faire preuve d’un savoir-faire hors pair en matière de diagnostic ainsi que de qualités relationnelles certaines pour satisfaire les besoins et les attentes de leurs clients.

Les obligations légales des diagnostiqueurs immobiliers

En tant que professionnel de l’immobilier, le diagnostiqueur immobilier est soumis à des obligations légales strictement encadrées par la loi. Ces dernières portent essentiellement sur les diagnostics immobiliers et leur réglementation.

La profession du diagnostiqueur immobilier est régie par la loi n° 96-1107 du 18 décembre 1996, qui a instauré une obligation de réaliser certains diagnostics en cas de vente ou location d’un bien immobilier. Cette même loi a aussi créé le DPE (Diagnostic de Performance Énergétique) afin d’évaluer les performances énergétiques des bâtiments.

Afin d’exercer cette profession, tout candidat doit impérativement suivre une formation spécialisée et obtenir une certification délivrée par un organisme agréé. L’ensemble des modalités relatives aux formations et certifications est précisé dans la norme NF EN ISO/CEI 17024, qui définit les exigences générales pour les organismes procédant à la certification personnelle.

Le principal rôle du diagnostiqueur immobilier est d’informer le propriétaire ou le locataire sur l’état général du bien concernant différents aspects tels que :

  • L’état de présence ou d’absence d’amiante, de plomb, etc.
  • Les installations électriques et de gaz :
    1. La conformité des installations intérieures de gaz et d’électricité,
    2. Le risque de l’installation électrique.
  • Le type de chauffage
  • La surface des biens immobiliers

Certains diagnostics sont obligatoires dans le cadre d’une vente ou d’une location immobilière, comme par exemple :

• Le DPE (Diagnostic de Performance Énergétique) qui permet d’évaluer la consommation en énergie du bâtiment.

• L’ERNT (État des Risques Naturels et Technologiques), qui informe sur les différents risques encourus par le bâtiment en matière environnementale, notamment les zones sismiques.

Il faut bien connaître ces différentes obligations légales afin d’être capable de fournir un service conforme aux attentes des clients. Les professionnels doivent aussi veiller à actualiser régulièrement leurs certifications ainsi qu’à suivre les évolutions constantes du marché grâce à une formation continue.

ARTICLES LIÉS