Qu’est-ce que l’inscription hypothécaire ?

L’hypothèque légale des artisans et des entrepreneurs est un puissant moyen de droit privé qui permet, en enregistrant une hypothèque sur la propriété où le travail a été effectué, d’assurer à l’artisan qui leur a effectué le paiement de son service.

Conditions

A lire aussi : Comment savoir si il y a une hypothèque sur une maison ?

1) Travail effectué par un artisan ou un entrepreneur L’artisan doit avoir effectué un service qui relève du champ d’application de l’art. 837 du Code civil (CC). La loi mentionne, entre autres, les travaux de constructionou la destruction, l’installation d’échafaudages, la fourniture d’excavations et la fourniture de matériaux ou d’ouvrages. Toutefois, cette liste n’est pas exhaustive et il est nécessaire de vérifier attentivement dans chaque cas si le travail effectué ouvre la voie à une hypothèque légitime.

Généralement, les produits personnalisés ou non réutilisables par des tiers (par exemple livraison de béton frais) relèvent du champ d’application de l’hypothèque légale. La désignation du contrat entre l’entrepreneur et l’entrepreneur n’est pas,en soi, significatif même s’il s’agit généralement d’un contrat d’une entreprise. Un contrat de vente assorti d’une obligation de montage peut, dans certains cas, ouvrir la possibilité d’un prêt hypothécaire légal, par exemple. Cependant, les services purement intellectuels (tels que l’élaboration de plans par un architecte ou la supervision d’un site) n’ouvrent pas la voie à une hypothèque légitime.

A lire aussi : Comment calculer TVA 10% ?

2) Les travaux doivent être effectués sur des biens immobiliers L’artisan doit avoir travaillé dans un bâtiment, et non sur un objet mobile. À partir ded’autre part, il n’est pas nécessaire que le projet apporte de la valeur ajoutée au bâtiment : la démolition ouvre donc la voie à une hypothèque légale.

3) L’artisan a une réclamation contre le propriétaire ou l’entrepreneur général L’artisan doit avoir une réclamation contre le propriétaire du bien ou, dans le cas du sous-traitant, contre l’entrepreneur général. Cela signifie que l’artisan doit être favorable à un contrat (qui peut être non écrit) en vertu duquel l’entrepreneur doit sa rémunération pour leexécution de l’exécution exécutée. Toutefois, la réclamation ne doit pas nécessairement être due au moment de l’enregistrement de l’hypothèque légale.

4) L’établissement doit être facturé Dans certains cas, la propriété en question ne peut tout simplement pas être accaparée d’une hypothèque, pour les raisons suivantes :

Art. 73 et 75 de la LDF : lorsque la charge maximale sur la ferme constitue une infraction ;

art. 6 FAIE et 1 FOAIE : si le contractant est considéré comme un ressortissant étranger conformément à la loi qui respecte l’acquisition de biens immobiliers par des personnesexterne ;

art. 70 CP : en cas de libération criminelle du bien,

biens appartenant à l’héritage administratif d’une municipalité, d’un canton ou d’une confédération : dans ce cas, les règles de simple certitude remplacent l’hypothèque légale (voir Fig. article 839, paragraphe 2, 4 CC) ; –

Art. 648, paragraphe 3 CC : lorsque le bien est copropriété et que les actions sont déjà imputées à une charge de terrain ou de gage, il n’est pas possible de faire une hypothèque légale à moins que toutes les parties intéressées ne soient d’accord.

Dans tous ces cas, la création d’unl’hypothèque n’est pas possible.

5) L’absence de sûretés réelles mobilière suffisantes La création de sûretés réelles mobilières adéquates par le propriétaire de la propriété (par exemple garantie bancaire) ferme la voie à une hypothèque légitime, dans la mesure où ces sûretés permettent à l’artisan de garantir le paiement de ses prestations.

6) L’enregistrement du prêt hypothécaire légal doit être effectué dans un délai de 4 mois La date limite d’enregistrement de l’hypothèque légale commence à s’exécuter dès que les travaux sont terminés. L’œuvresont achevés lorsque tous les travaux faisant l’objet du contrat de l’entreprise ont été exécutés et que le travail est donc livrable.

Les travaux d’achèvement sont considérés uniquement comme ceux qui doivent être exécutés dans le cadre du contrat et de la description, et non les services commandés en excès. De plus, les petits travaux, pièces ou retouches (remplacement de pièces livrées mais défectueuses, correction de tout autre défaut) ne sont pas des tâches d’achèvement.

Cependant, lorsqu’aucune tâche requise n’a été effectuée, la tâche ne peut pas être considérée comme terminée.

Il convient de noter que l’hypothèque légale doit non seulement être exigée, mais également être introduite dans un délai de 4 mois (article 839, paragraphe 2 CC). Par conséquent, il est généralement conseillé de le faire au moyen d’une demande de mesures provisoires, voire de mesures temporaires exceptionnelles, afin que le juge ordonne immédiatement à l’hypothèque légale temporaire d’enregistrer l’hypothèque légale temporaire auprès du registraire foncier.

ARTICLES LIÉS