Epargne immobilière : les placements immobiliers

En France, les placements dans l’immobilier attirent de nombreux investisseurs. Ce n’est d’ailleurs pas moins de 70 % du patrimoine qui est investi dans la pierre. Il existe plusieurs méthodes de placement dans le secteur de l’immobilier. Il est possible d’acheter un bien dans le but de le mettre en location ou d’y vivre, ou d’investir dans des parts d’une société qui gère un patrimoine immobilier. Cet article vous explique le fonctionnement de ces placements et l’intérêt de l’investissement dans l’immobilier.

Quelques informations avant d’investir dans l’immobilier

Si vous souhaitez investir dans la pierre, sachez que c’est le cas de beaucoup d’autres personnes également. On apprend en effet grâce à une étude du Crédit Foncier en 2017 que 70 % des personnes interrogées opteraient pour l’investissement dans la pierre si elles avaient un jour une somme d’argent conséquente. Le pourcentage s’élève à 79 % pour les locataires et à 68 % pour les propriétaires.

A lire en complément : Comment se défendre d'une accusation de vice caché ?

Ces chiffres s’expliquent avec deux raisons principales. L’immobilier est un bon moyen d’avoir un patrimoine sur le long terme et qui peut se transmettre à ses enfants par exemple. C’est un bien qui gagne même de la valeur avec le temps. De plus, l’immobilier permet de recevoir un revenu régulier.

D’après l’IEIF (Institut de l’épargne immobilière et foncière), la pierre apparait comme étant le placement le plus intéressant en ce qui concerne la rentabilité sur une période de 20 ans. La majorité des placements permet d’obtenir des revenus tout en ayant une plus-value au fil des années. Ces deux aspects constituent le taux de rentabilité interne (le TRI), qu’on additionne sur un temps donné. Ce calcul comprend l’achat, la fiscalité, les revenus et la cession, et est étudié sur un rendement annuel. Cela permet d’effectuer une comparaison entre plusieurs placements.

A découvrir également : Comment avoir un bon rendement locatif ?

En considérant le TRI, l’immobilier se place dans le trio de tête du rendement. Les sociétés foncières ont un TRI de 13,5 % sur 20 ans, les logements parisiens sont à 10,3 % et la totalité des logements en France 8,9 %.

Les types de placement immobilier

Une suite de produits existe et permet de faciliter la rentabilité tout en limitant les risques. Le choix du mode d’investissement a son importance ainsi que le type de marché (commercial, résidentiel…). Des avantages fiscaux se rajoutent parfois à l’équation tels que les dispositifs Malraux ou Pinel. En tout cas, l’investisseur doit choisir entre le placement immobilier direct ou indirect.

L’investissement direct

Il s’agit d’investissement dans un ou des biens immobiliers destinés à y vivre ou à la location. Dans le deuxième cas, on parle d’investissement locatif.

D’après l’INSEE, ce n’est pas moins de 60 % des ménages qui sont propriétaires de leur logement. La résidence principale est en effet le premier choix de placement. Et pour cause, c’est une façon d’anticiper l’avenir et notamment la retraite lorsque les revenus sont moindres.

Que ce soit dans l’ancien ou dans le neuf, il y a beaucoup d’opportunités si vous optez pour l’investissement locatif. Cependant, il vaut mieux se tourner vers les métropoles dynamiques plutôt que vers la capitale où la rentabilité est très faible (inférieure à 2 % contre 5 %). Dans certaines autres villes, le chiffre monte à 9 %.

De plus, les dispositifs de défiscalisation permettent de profiter de réduction d’impôt. La plus-value et les revenus locatifs constants sont des avantages supplémentaires.

L’investissement indirect

Il s’agit là pour l’investisseur d’acheter des parts de fonds ou de société. L’avantage de cette méthode est que ce n’est pas l’investisseur qui gère son placement. Le choix du bien, l’entretien, la gestion… Ce sont autant de compétences requises et qui demandent du temps.

Investir dans une SCPI, une Société Civile de Placement Immobilier, demande d’engager des frais d’entrée élevés. Cependant, la SCPI est idéale pour diversifier son patrimoine. Cela permet également d’accéder à des biens immobilier inaccessibles dans le cadre d’un investissement direct.

Les rendements sont supérieurs à 5% depuis une trentaine d’années. Moins volatile que d’autres placements car non-cotées sur les marchés, la SCPI offre une rentabilité intéressante. Par ailleurs, une revalorisation du prix des parts peut avoir lieu. En considérant de potentielles baisses de rendements dans les mois à venir, il s’avère que les SCPI sont toujours plus avantageuses que les assurances vie ou le livret A.

L’alternative du crowdfounding immobilier

Le financement participatif a attiré plus d’une portefeuille curieux. Le crowdfounding immobilier fonctionne en finançant les fonds propres de promoteurs par exemple, qui souhaitent faire une rénovation, une construction ou une réhabilitation. En plus de diversifier le portefeuille, ce type de placement a l’avantage de faire fructifier une épargne rapidement. Il faut compter en effet entre 12 et 14 mois (en moyenne).

Sans nier les risques que comporte ce genre de placement, HelloCrowdfounding nous informe toutefois que le rendement moyen annuel dépasse les 9% sur les années 2019 et 2020. Les risques sont présents sur le projet comme pour le promoteur. Si le taux de défaut est de 0, il faut prendre en compte aussi les nombreux retards qui sont une conséquence de la crise sanitaire dont nous subissons encore les effets.

 

ARTICLES LIÉS