Qui doit payer les travaux le locataire ou le propriétaire ?

Dans le domaine de l’immobilier locatif, il existe de nombreuses différences. Ces facteurs sont dus à une mauvaise connaissance des droits et obligations de chaque partie. Pour empêcher votre locataire de vous engager pour négligence, renseignez-vous sur vos obligations ! Par exemple, si le locataire doit effectuer des réparations mineures quotidiennes, la majeure partie du travail vous est le plus souvent renvoyée. Explications.

Projets : résumé des droits et devoirs du propriétaire

Dans un contrat de location, le locataire doit bien sûr respecter chaque échéance. Cela signifie que le loyer doit être payé à temps. Il accepte également d’entreprendre l’entretien quotidien du bien et d’effectuer quelques réparations mineures : serrures, remplacement des lampes, entretien de la chaudière avec un fournisseur de services agréé, etc. Le logement doit être effectué en bon état , sans détérioration, même si la normale l’usure de l’équipement est tolérée (plus le passager reste longtemps, plus la vieillesse est prise en compte).

A lire également : Qu'est-ce qu'un chambreur ?

Ole propriétaire, quant à lui, donne les clés d’un environnement sûr, propre et décent. En particulier, il ne doit y avoir aucun risque pour la sécurité ou la santé du locataire. Dans ce cas, les travaux de mise à niveau doivent être effectués avant la location. En termes d’entretien, les grands chantiers sont plus souvent renvoyés au propriétaire. Il s’agit de réparations qui ne sont pas dues à une négligence de la part du locataire ! Due à une usure normale, à un incident ou à un endroit défectueux.

Qui doit payer des travaux de réparation ?

Seules les « réparations mineures » peuvent être supportées par le locataire. En cas de désaccord, il s’agit d’une législation qui définit des travaux similaires dans cette catégorie. En général, de petites interventions sont souvent mentionnées, qui ne nécessitent pas le recours à un artisan et n’entraînent pas de coûts importants. Ces tâches de « maintenance » restent à la portée de tous : le locataire peut les exécuter lui-même sans difficulté.

Lire également : Quelle taille pour un lit ?

Seules les « réparations mineures » peuvent être supportées par le locataire.

D’autre part, lorsque vous devez envoyer un artisan, la facture est le plus souvent retournée au propriétaire. Il doit financer toutes les réparations et les restaurations de la main-d’œuvre. De plus, à l’intérieur de l’appartement ou de la maison, il gère lui-même des situations affectées par la vieillesse, un défaut de construction, un mauvais temps ou un mauvais travail.

Bien entendu, si des réparations majeures sont nécessaires en raison d’un entretien inadéquat, le locataire est responsable et le propriétaire peut refuser de supporter les coûts attendus. Si le différend n’est pas réglé à l’amiable, il peut être nécessaire de recourir à des procédures judiciaires, en particulier pour des travaux plus coûteux.

« Si des réparations majeures sont nécessaires en raison d’un entretien inadéquat, le locataire est responsable et le propriétaire peut refuser de supporter le coût attendu. »

La loi du 21 septembre 2006, sur le bail à usage domestique et la modification de certains éléments du Code civil, décrit en détail les obligations et les droits du propriétaire. C’est en partie dans ce texte que les juges s’appuient pour décider de ce type de différend.

Comment éviter les différences entre locataire et propriétaire ?

Si la relation entre un locataire et son propriétaire peut être tendue, il est fortement recommandé de passer par une agence immobilière. Ce dernier peut remplacer le propriétaire afin d’effectuer toutes les tâches de gestion des locations. Lorsqu’il s’agit d’une mission, le service devient le contact privilégié du locataire dès qu’il rencontre un problème. Pour sa part, le propriétaire reste systématiquement informé des dossiers actuels et maintient bien sûr le dernier mot pour les décisions de projet.

ARTICLES LIÉS